Menscoop : blog homme, magazine homme, conseils et tendances

Management : Inspirons-nous de la Règle

Dans les turbulences et trous d’airs de nos économies, les perspectives se perdent trop souvent dans les discours alambiqués d’experts qui nous enivrent. Il peut être alors utile de faire une pause pour trouver l’inspiration dans des modes moins frénétiques de réflexion et d’action. Une quête de sens qui passe par une sorte de slow thinking, une pensée moins intuitive mais plus réfléchie, moins émotionnelle mais plus logique !

Slow tinking by Ingrid Pintau

Du Temps de la Rose, et de Benedetto da Norcia, nous arrive ainsi La Règle. Recueil d’une centaine de pages et soixante-treize chapitres, ce texte est plein de la force d’un millénaire et demi de pratique de vie Monastique, (Ordre des Bénédictins). Au-delà de son contenu religieux, il offre des pistes pour renouveler la gouvernance d’entreprise et le management d’équipe dans un sens plus coopératif où le collectif l’emporte sur l’action individuelle.

Utile tant pour le manager que pour ses collaborateurs, en voici les principaux principes :

La définition claire de la Mission

Un énoncé simple et facilement compréhensible des objectifs est le signe que le manager comme l’entreprise ont les idées nettes et sont capables de les faire partager tant avec leurs clients qu’avec leurs collaborateurs.

« Le pouvoir c’est la liberté de servir »

L’organisation des talents

Le manager, qui a la charge de décider, doit avoir l’humilité de ne pas se présenter comme le seul sachant et avoir la capacité à l’abandon pour ne pas sacraliser une position ou des acquis. Son rôle est de créer les liens pour que chacun, fort de ses compétences et ayant conscience de soi, puissent pleinement s’exprimer et s’épanouir dans la réalisation du résultat.

« Quel est l’homme qui n’aime la vie et désire des jours heureux »

L’écoute

Le travail collaboratif qui privilégie les relations transversales plutôt que la classique pyramide ou une division des tâches tayloristes, facilite l’appropriation de la Mission et de l’Organisation par tous les membres de l’équipe. Les comportements d’échange doivent être valorisés. Avec la reconnaissance des savoir-faire, ils favorisent la créativité. Par l’échange, l’entreprise doit être capable de créer des émotions qui seront un capital humain beaucoup profonds et riche, et au moins aussi motivant qu’une prime en numéraire pour la fidélisation et la construction du résultat de demain !

La conscience de l’imperfection des hommes

La force d’une entreprise repose en grande partie sur la communauté qu’elle a su créer et entretenir autour de sa Mission, ce qui la rend unique et forte sur son marché. La bienveillance du management vis-à-vis des collaborateurs ne doit pas être vue comme une faiblesse. En effet, la capacité à accepter la faille ou l’erreur rend plus facile sa correction.

« Qui donc que tu sois, en appliquant cette toute petite règle, écrite pour les débutants, tu parviendras aux plus hautes cimes… »

Pour aller plus loin :

From good to great, Jim Collins, 2001, www.jimcollins.com

La règle de Saint Benoît, Benoît de Nursie, 540, regle-de-saint-benoit.blogsot.fr

Thinking, Fast and Slow,  Daniel Kahneman prix Nobel d’économie,2011.

Commentaires